Donna Tartt - "Le maître des illusions"

Publié le 29 Mai 2010

donna-tartt.jpg


Donna Tartt, avec ce premier roman, a réussi un véritable coup de maître. Amoureuse de la culture classique et européenne, on sent ces influences tant aimées dans ce livre qu’elle a peaufiné durant huit ans en y mettant tout son cœur.

Un étudiant pauvre de Californie arrive à s’inscrire dans une prestigieuse université du Vermont grâce à une bourse d’étude. Par un coup du hasard, il réussit à intégrer un groupe restreint de riches étudiants en grec ancien qui suivent les cours d’un professeur charismatique et sélectif.

Ce groupe, vivant en marge des autres par son attitude et sa manière de penser, pousse ses études jusqu’à un point de non-retour qui fera boule de neige et se transformera en tragédie (grecque, bien-sûr).

Donna Tartt réussit à instaurer une ambiance gothique et fantastique dans un roman contemporain se passant dans le milieu universitaire américain composé de riches étudiants accros à l’alcool et à la dope et plus enclins à poursuivre les filles que leurs études (bande de veinards).

Le noyau d’étudiants en grec fait figure d’O.V.N.I au milieu des autres comme s'il était hors du temps ( ce qu’il sera, d’ailleurs, pendant un court moment) et s’inscrit en transparence sur le microcosme agité de l’université et sur le monde en général.  

Le narrateur principal, immergé au milieu d’eux sans jamais faire partie intégrante du groupe, est extrêmement attachant par ses faiblesses et son amour-propre exacerbé, sa vision des choses étant plus objective et plus lucide que celle de ses compagnons.

Un roman à lire et à relire.

Rédigé par Kako's World

Publié dans #critique livre

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Luna 04/06/2011 10:40



Je dois dire que je ressors de ma lecture du Maître des illusions un peu déçue : l'histoire m'a bien plu, le monde un peu noir et cynique aussi, les personnages étranges également (sauf Richard
mais bon)... mais j'ai détesté l'écriture de Donna Tartt : pour être virtuose de l'écriture, elle l'est, mais la simplicité ne fait pas de mal ! 700 pages de détours et de chichis sans fin m'ont
un peu laissée sur le côté de la route...
Dommage l'histoire était sympa' !

Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur mon blog...
J'aime beaucoup ta critique ! Je reviendrais ;)